VB - VOLLON & BRUN

la Grande Marque des Petits Trains

Ce site retrace l'histoire et la production du célèbre fabricant de trains en modèle réduit des années 50 et 60 : VB pour Vollon & Brun. Il est animé par des passionnés de la marque VB.

 

Nous sommes à un moment clé et la génération qui a réellement vécu cette période (années 50 et 60) nous quitte progressivement. Alors il n'est trop tard, nous avons décidé de collecter le plus de témoignages et de souvenirs possibles afin d'entretenir cette mémoire et pour les générations à venir. Nos sources sont aussi bien des publications anciennes et spécialisées, divers sites internet, des témoignages, des documents, ou tout autre élément permettant d'alimenter ce devoir de mémoire. Confiez-nous vos souvenirs, expériences et informations.

Nous vous souhaitons une bonne visite en notre compagnie.

Laissez également vos commentaires pour que chacun puisse en profiter car ils sont riches d'intérêt et d'enseignement.
Merci pour vos soutiens, souvenirs, expériences et informations.


                              Loic pour www.trains-vb.com

L'HISTOIRE

Période 1946-1960,

les débuts de VB

VB, "la grande marque des petits trains".

Tel est le slogan de cette marque française de trains miniatures (positionnement haut de gamme) qui a fait le bonheur des petits et des grands après guerre.

 

L'aventure débute en 1942, bien avant la création de la société VB. A Paris, Albert BRUN dépose un brevet sur un système d'attelage à boucle, couplé à la suspension élastique du wagon. Il produit à cette époque des châssis qu'il vend à ROSSI & LOTTIAUX, PELICAN, SMCF et sûrement d'autres.

 

En 1946, Jacques-Antoine VOLLON et Albert BRUN s'associent pour créer la marque VB. Ils installent leur établissement à Paris (au 5 avenue de la République).

 

En 1947, commercialisation de wagons de marchandises d'une excellente finition pour l'époque. Il s'agit essentiellement de wagons couverts, de citernes et de tombereaux dont la diffusion est en petite série ou artisanale à l'unité. La petite histoire veut que le montage des modèles soit assuré par des concierges, du voisinage et la décoration confiée à des étudiants de l'école des beaux-arts.

A cette même époque, plusieurs "artisans" se lancent sur le même créneau comme Jean LAFFONT ou le PELICAN ou AIRMER et s'échangent avec VB des pièces détachées, ce qui rend aujourd'hui l'identification difficile de certains wagons. La notoriété de VB dépasse alors les frontières et s'exporte en Suisse, Angleterre, en Allemagne et en Italie (entre autres). Il s'agit là d'une série maquette.

 

En 1950, commercialisation de rails (voies posées sur des ballast) très réalistes et à grands rayons de courbure. Elles sont à l'origine en 3 rails pour une alimentation électrique centrale. A l'origine, le ballast est recouvert de vrai sable puis la tôle a été peinte.

 

En 1952, Dany Robin (actrice et fille de René ROBIN qui est le Directeur Technique VB et inventeur des rails et des crochets d'attelage) pose déjà pour le N°10 du magazine "Modèles Férrovières".

 

En 1955, la première motrice électrique apparait : la BB 9001. C'est également cette année-là que VB propose ses premiers wagons de voyageurs avec une carrosserie en plastique.

 

En 1956, nous retrouvons Dany ROBIN accompagnée de son époux Georges MARCHAL (acteur lui aussi) dans le N°575 du magazine "La Vie du Rail". On la voit également poser devant une machine à profiler les rails ainsi que devant un banc de tests. Sa passion pour les trains lui vient de son grand-père, René ROBIN, qui fut cheminot durant 35 ans dans un important Centre Ferrovière à Le Blanc dans l'Indre. Mais aussi de son père, qui s'appelle aussi René ROBIN et qui n'est autre qu'un des pilliers de la société VB. Sur une photo, on les voit poser dans les ateliers de Boulogne Billancourt non loin des studios de cinéma. Brillant ingénieur, il invente des procédés, des techniques brevetées (rail, pantographe, catener, roulement) et des machines outils pour fabriquer les matériels roulants VB ainsi que les rails.

Pour la petite histoire, un réseau complet a été dressé sur une immense plaque en verre. Celle-ci ayant été levée à la verticale, Dany ROBIN a pris place derrière et entre un arbre de Noël illuminé. Il va sans dire qu'une grosse partie des trains, wagons et rails provenaient de chez VB.

Cette année là, la production des wagons devient industrielle.

 

En 1957, la seconde motrice électrique : la BB 9211.

Cette année-là, le N°625 du magazine "La Vie du Rail" parle d'un autre acteur célèbre : Bernard BLIER. Il évoque sa passion pour les trains électriques ; preuve en est, il est fan de VB et s'est constitué une fabuleuse collection en ayant pratiquement tous les modèles.

 

En 1958, commercialisation de l'automotrice électrique de banlieue Z 5100 mais aussi des premiers wagons de voyageurs.

Pour ses nouvelles productions, VB abandonne les carrosseries en zamac pour du plastique à base de polystyrène. Au vu de ce nouveau procédé de moulage, les quantités passent alors à 1 000 pièces à chaque fabrication ; autant de carrosseries à monter sur les châssis. On note tout de même que tous les moules n'ont pas été refaits, sûrement en raison de coûts importants.

De même, les boites d'emballage délaissent la couleur beige à liseret rouge pour des boites au design plus moderne ; à base de couleurs rouge, verte et crème.

 

En 1959, VB propose désormais d'acheter certaines motrices et wagons à monter soi-même. L'entreprise commercialise également de nouvelles voies en 2 rails ; les motrices (versions 2 rails) de la marque peuvent enfin rouler sur des voies "maison".

 

En 1960, la première motrice diesel (donc sans pantographe) : la 060 DB - 7 ; mais c'est aussi la dernière motrice de la marque.

L'HISTOIRE

Période 1960-1962,

l'ère TRI-ANG

En 1960, le marché subit une importante mutation et VB doit faire face à une concurrence qui sait s'adapter aux exigeances du marché ; ainsi JOUEF propose des produits à moindre coûts et capte la clientèle VB. Ce dernier doit donc faire un choix stratégique : demeurer une entreprise modeste qui s'adresse aux amateurs au risque de disparaître ou s'attaquer à un marché plus vaste pour survivre. Cette dernière option nécessite des investissements importants et une rationnalisation des processus de fabrication pour atteindre des coûts de fabrication plus bas.

 

C'est alors que le groupe anglais LINES-BROS (marque TRI-ANG) apparaît avec la volonté d'imposer l'échelle TT (1/100e) et de contourner les règles commerciales européennes en acquérant des fabricants français. Permettant ainsi de s'implanter plus facilement sur le continent et de s'ouvrir au tout nouveau marché commun : l'Europe. Fin 1960, LINES-BROS rachète VB. La transaction s'est visiblement faite en l'espace d'une dizaine de jours. L'outillage, les moules de la firme et un stock conséquant partent dans l'usine du groupe LINES-BROS à Calais. Seules les productions industrielles et semi-industrielles substistent : motrices, wagons de voyageurs, rames "inox", wagons en zamac et en plastique et les rails.

 

Avant le rachat et selon plusieurs sources, VB semblait étudier un nouveau modèle : la locomotive à vapeur 1-131 TB connue essentiellement des parisiens d'une autre époque sur la ligne de la Bastille. Elle pris la référence VB 540 sans que l'on sache qui de VB ou de LINES-BROS le lui a donnée. Celle-ci apparait en 1961 dans le catalogue de la marque d'abord sous la référence VB 540 puis CT 590. Il s'agissait en fait d'un photo-montage d'une locomotive HORNBY et, malgré ce rocambolesque lancement (car il s'agissait à peine d'une étude), aucune locomotive à vapeur n'existera sous la marque VB.

 

Eté 1962, LINES-BROS cesse l'activité du département ferroviaire dont la production venait juste de redémarrer. L'échec est à la fois stratégique et commercial. L'usine de Calais est à vendre tout comme l'ensemble du stock, l'outillage et les moules.

 

Titre 1

 

L'HISTOIRE

Période 1962-1972,

l'ère LEJEUNE

En 1962, Daniel LEJEUNE est un photographe de métier et un passionné de trains miniatures. Il s'associe à d'autres personnes pour créer une société (de récupération de ferraille) et saisissent ensemble l'opportunité en rachetant l'ensemble des stocks lorsque LINES-BROS a abandonné la marque VB. Tout l'outillage et quelques moules ayant été vendus à JOUEF.

 

Installé à Paris (rue de l'agent Bailly), Daniel LEJEUNE devient la vitrine commerciale, développe la marque et vend les stocks jusqu'au début des années 70 en France. Par manque de place, une partie de son stock est délocalisée sur Lille chez son frère qui est alors transporteur. Le stock est tellement important qu'il doit louer 5 autres garages à voiture dans le sud de Paris. Se faisant aider par plusieurs personnes, ceux-ci reçoivent des wagons en dédommagement (c'est pour la petite histoire).

 

Il continue la commercialisation des BB 9001, des BB 9211, des 060 DB - 7, des rames type "Budd" ainsi que des wagons plats ou à tombereaux ouverts. Plus de l'artisanat qu'autre chose, il limite les frais en livrant dans des boites en carton ondulé ou ne peignant pas toutes les parties ; ainsi une 060 DB - 7 produite par LEJEUNE est reconnaissable à l'absence de peinture crème sur les côtés supérieurs.

 

Pour distinguer les motrices produites par VB ou par lui-même, il instaure un marquage de lettres au poinçon sur le lest. Ainsi, une motrice fournie par VB a un numéro de série (uniquement des chiffres) marqué sur le lest, une motrice fournie par LEJEUNE a des lettres marquées sur le lest (excepté le V et le B bien sûr).

 

Outre la continuité de la gamme existante, il se fait aider par M. FAGUETTE (également associé) qui se charge de la  fabrication. Dit "le postier", celui-ci travaille dans les télécommunications et possède une expertise technique reconnue ; c'est donc grâce à lui que certaines nouveautés apparaissent :

- une motrice 9281 de livrée rouge : la "Capitole",

- un wagon intermédiaire pour l'automotrice Z5100,

- les alimentations en 2 rails,

- les pantographes à un seul bras,

- des plaques "Capitole", "Le Mistral", "NICE" et "LYON" à coller soit-même sur les motrices,

- l'inverseur de lumières jaunes/rouges à l'avant et l'arrière des BB 9001 et 9211,

- l'éclairage intérieur des rames Z5100,

- les optiques de phares,

- et quelques autres décorations comme des décalcomanies.

Il travaille sur des prototypes comme les wagons dits "kangourou", un châssis à 3 essieux pour un wagon grue (voir photos). Il réinvente également des outils comme celui qui installe les roues sur les essieux ou un appareil qui permet de mesurer la puissance des moteurs. En effet, les moteurs étaient fabriqués sur la même chaîne de montage mais il s'avère qu'ils ne développent pas tous une puissance identique : les mesurer et les regrouper par catégories lui permettait d'installer des moteurs comparables sur une motrice à 2 moteurs.

Il veut également réaliser une BB 9004 (descendante des BB 9001 et BB 9211) et fait concevoir des moules par un membre de l'équipe Chaumeil sur la base d'un modèle JOUEF. Mais un litige éclate en raison de problèmes de finitions et met fin au projet : le moule est alors détruit. Un prototype de caisse est retrouvé en 1985 dans les bureaux de la fonderie qui est alors monté sur un châssis VB.

 

Daniel LEJEUNE cesse toute activité en 1972 suite à des problèmes de santé et les stocks sont éparpillés.

 

L'HISTOIRE

Depuis 1972,

qu'en est-il de VB ?

VB n'a plus d'existence officielle et commerciale depuis 1972.

 

Anecdotique, VB est utilisé pendant des années pour former les sapeurs conducteurs du 5ème Régiment de Génie à Versailles. Le réseau d'instruction est alors équipé de rails et de matériels roulants VB (dont des motrices BB 9001).

 

Dans les années 80, quelques wagons VB d'une très mauvaise qualité sont vendus dans des sachets scellés mais personne n'en connait l'origine.

 

Quelques magazines spécialisés abordent le sujet de VB comme le N°68 de "La Vie du Jouet" de Juillet 2001 qui en fait la une et qui y consacre un dossier complet de 9 pages.

 

A la fin des années 2000 lors d'une vente aux enchères à Fécamp, des documents, des photos, des fourgons jaunes et bien d'autres pièces sont vendus. Mais ils disparaissent aussitôt de la circulation.

 

En février 2015 à Cambrai, une vente aux enchères permet de faire réapparaître l'un des stocks VB. Carrosseries de motrices, bogies et autres pièces neuves dans des caisses et des cartons poussiéreux non déballés. Vendu en un lot unique, celui-ci est si important qu'il a eu du mal à entrer dans un gros break (fauteuils enlevés).

 

Mesure et démesure. En janvier 2012, la salle des ventes de Chartres estime une rame VB à 1 500 €. En février 2017, cette même salle adjuge un superbe coffret de "la Maison du Train" (voir photo) comprenant entre autres une BB 9211 et des rails VB à ... 4 €. Octobre 2017, une salle des ventes à Dijon a adjugé une BB 9211 "Mistral" à 20 € (voir photo).

 

Toujours en 2017, un autre stock réapparaît à Drybrook en Angleterre dans lequel on retrouve des motrices équipées d'un inverseur de lumière et un wagon intermédiaire de Z5100.

En novembre 2018 à Longjumeau, un autre stock VB (celui du "postier") refait surface. Des dizaines de rails, des prototypes, des Z5100 et autres 060 DB - 7, et des pièces de rechange en lots comme des moteurs, des supports de lumières, des pignons par centaines, des induits, des essieux, etc ...

En décembre 2018 à Saint Sébastien sur Loire, une partie d'un autre stock réapparaît avec des bogies, des carrosseries neuves de 060-DB, de Z5100, de BB 9001 et de BB 9281 ... Pour la petite histoire, 2 exemplaires neufs de cette dernière ont été vendus il y a 10 ans pour 30 € seulement.

Malgré quelques vicissitudes, la marque vit à travers la passion des collectionneurs qui savent maintenir la flamme. Régulièrement, on voit des rails, des wagons, des motrices sur le marché de l'occasion. On y retrouve même des pièces neuves probablement issues des stocks disséminés çà et là par Daniel LEJEUNE.

 

Aujourd'hui, la marque VB est devenue rare et très recherchée par les collectionneurs. Sans contestation, elle a contribué à l'essor des trains miniatures (échelle HO) en France grâce à des brevets et des conceptions innovantes.

 

Mais qu'est-il adevenu du reste du conséquent stock ? Soyons sûr que quelqu'un les retrouvera dans un coin de grenier ou d'entrepôt et attendons-nous à de belles surprises à l'avenir.

 

LES MOTRICES

la BB 9001,

la motrice électrique

La motrice BB 9001 est la première motrice produite à partir de 1955.

 

Destinée aux voies 3 rails ou 2 rails, elle peut être alimentée par les rails ou bien par les pantographes.

 

Un test d'endurance ayant été fait à l'époque avec une distance de 3 000 km parcourus et sans usure.

 

La carrosserie est réalisée en zamac (alliage d'après guerre constitué de Zinc, d’Aluminium, de MAgnésium et de Cuivre) à l'aide de pièces en fonderie sous pression et d'outils de découpage sur bloc.

 

Les moteurs sont à aimant permanent (induit 5 pôles) et sont faits pour fonctionner sur le courant continu de 12/18 voire 20 volts. Il est donc nécessaire de se servir d'un transformateur-redresseur, branché sur le courant alternatif du secteur. Selon les cas, la motrice est équipée d'un moteur (poids total de 0.620kg pour tracter jusqu'à 25 wagons) ou deux moteurs (poids total de 0.750kg pour tracter jusqu'à 45 wagons). La version à 2 moteurs développe 1.2 ampères.

Simple d'utilisation, le frotteur sur le rail est interchangeable en cas d'usure et une seule vis le maintient au bogie. Un inverseur d'arrivée de courant permet soit de se servir du frotteur, soit des pantographes dont les skis peuvent être réglés en hauteur facilement. Les premiers modèles étaient équipés de pantographes en profilés ronds et soudés.

 

Les roues sont munies de bandages en caoutchouc et sont montées sur 2 bogies à 2 essieux. Les engrenages sont en nylon pour diminuer la résonance et le bruit.

 

L'entretien a été voulu très simple puisqu'il qu'il n'y a qu'un point de graissage (pour la mono-monoteur) accessible de l'extérieur sans avoir à démonter l'ensemble.

 

C'est la seule de la production a avoir été équipée de l'ancien attelage à boucle fixe reconnaissable à ses pantographes en métal bruni et des pantographes chromés.

 

A l'origine, la motrice pouvait être vendue montée ou en kit.

Les prix constatés en 1958 étaient de 8 400 anciens francs (soit 147 €) pour une mono-moteur, de 12 450 anciens francs (soit 217 €) pour une deux moteurs.

Sous l'ère LEJEUNE, la BB 9001 avait été modifiée (cf photos) :

- la terminaison de la ligne de toit arborait une sorte d'anneau et il est fort possible que ce soit pour améliorer le passage du courant électrique par les pantographes

- une sorte d'optique en plastique dur (embouteillé par l'intérieur) prenait place dans l'emplacement du fanal (phares) surement afin que la lumière soit plus diffuse et soit plus proche d'une certaine réalité

- enfin l'espèce de rambarde en faces avant et arrière a été remplacée et fut d'une bien meilleure qualité ... plus solide surtout car l'ancienne cassait facilement

- un inverseur d'éclairage permettait d'allumer des lumières à l'avant ou à l'arrière (ampoules type MS4)

- l'éclairage des phares pouvaient être jaunes ou rouges selon la position de l'inverseur

Le saviez-vous ? La BB 9001 est un ancien prototype de locomotive électrique de la SNCF. Livrée à la même époque que les BB 9002-9003-9004, elle a servi à la mise au point de la BB 9200, en particulier des moteurs de traction. À sa sortie d'usine la BB 9001 arbore une livrée bicolore mais au début des années 60 elle fut repeinte en une seule teinte durant son passage en Révision Générale. Elle commence sa carrière par assurer des trains rapides Paris - Lyon et pour finir en train de messagerie. À partir de 1958, elle est affectée au dépôt de Montrouge, elle y reste jusqu'au milieu des années 60. Elle y effectue alors des trajets sur la ligne Paris - Le Mans, avant d'être remplacée. La BB 9001 a également été reproduite à l'échelle HO par PMP un an après VB.

Voici la liste des modèles référencés :

Ref. 500 ou 500/3R- 1 moteur pour voie 3 rails

Ref. 500/1E - 1 moteur avec inversion d'éclairage pour voie 3 rails

Ref. 500/2M - 2 moteurs pour voie 3 rails

Ref. 500/2R - 1 moteur pour voie 2 rails

Ref. 500/P1 - 1 moteur pour voie à plots

 

LES MOTRICES

la BB 9211,

la motrice électrique

La motrice BB 9211 est une autre motrice produite à partir de 1957.

 

Destinée aux voies 3 rails ou 2 rails, elle peut être alimentée par les rails ou bien par les pantographes.

 

La carrosserie est réalisée en zamac (alliage d'après guerre constitué de Zinc, d’Aluminium, de MAgnésium et de Cuivre) à l'aide de pièces en fonderie sous pression et d'outils de découpage sur bloc. La longueur totale est de 196 mm.

 

Les moteurs sont à aimant permanent (induit 5 pôles) et sont faits pour fonctionner sur le courant continu de 12/18 voire 20 volts. Il est donc nécessaire de se servir d'un transformateur-redresseur, branché sur le courant alternatif du secteur. Selon les cas, la motrice est équipée d'un moteur (poids total de 0.630 kg pour tracter jusqu'à 25 wagons) ou deux moteurs (poids total de 0.750 kg pour tracter jusqu'à 45 wagons). La version à 2 moteurs développe 1.2 ampères.

Simple d'utilisation, le frotteur sur le rail est interchangeable en cas d'usure et une seule vis le maintient au bogie. Un inverseur d'arrivée de courant permet soit de se servir du frotteur, soit des pantographes dont les skis peuvent être réglés en hauteur facilement.

 

Les roues sont munies de bandages en caoutchouc et sont montées sur 2 bogies à 2 essieux. Les engrenages sont en nylon pour diminuer la résonance et le bruit.

 

L'entretien a été voulu très simple puisqu'il qu'il n'y a qu'un point de graissage (pour la mono-monoteur) accessible de l'extérieur sans avoir à démonter l'ensemble.

 

A l'origine, la motrice pouvait être vendue montée ou en kit.

 

Les prix constatés en 1958 étaient de 9 600 anciens francs (soit 167 €) pour une mono-moteur, de 13 500 anciens francs (soit 236 €) pour une deux moteurs.

 

A partir d'octobre 1970 sous l'ère LEJEUNE, la BB 9211 se pare de plaques "Mistral" sur les faces frontales, des  plaques que l'on pouvait aussi acheter séparément. Un inverseur d'éclairage apparaît également pour permettre d'allumer des lumières à l'avant et à l'arrière (ampoules type MS4). Une sorte d'optique en plastique dur (embouteillé par l'intérieur) prenait place dans les orifices surement afin que la lumière soit plus diffuse et soit plus proche d'une certaine réalité.

Toujours sous cette même ère, une BB 9281 apparaît dans une livrée rouge et portant des plaques "Capitole". La carrosserie est finement estampillée "BB9281" sur le côté mais conserve un "BB9211" sur les faces avant et arrière. Le toit de la carrosserie adopte une nouvelle forme et des points de fixation différents pour la ligne de toit et accueille des pantographes "unijambistes".

 

Le saviez-vous ? Les BB 9200 forment une série de locomotives électriques françaises fonctionnant sous courant continu 1500 V construites en 92 exemplaires par les sociétés Creusot-Loire, Jeumont-Schneider et CEM et livrées à la SNCF du 24 mai 1957 au 1er juin 1964. Elles sont l'aboutissement des études menées sur les BB 9001-9002 et BB 9003-9004. Elles résultent de la volonté de la SNCF de disposer de locomotives de type « BB » (soit quatre essieux moteurs répartis en deux bogies) et reprennent les bogies de la BB 9004 conçu par André Jacquemin, d'où le surnom BB Jacquemin. Les six BB 9200 Capitole (surnommées « BB rouges ») étaient les premières locomotives de la SNCF à grande vitesse (supérieure à 160 km/h) pour le service régulier des trains de voyageurs. Märklin, Jouef, Mougel, et Roco ont également modélisé la BB 9200 en HO.

Voici la liste des modèles référencés :

Ref. 510 ou 510/3R- 1 moteur pour voie 3 rails

Ref. 510/1E - 1 moteur avec inversion d'éclairage pour voie 3 rails

Ref. 510/2M - 2 moteurs pour voie 3 rails

Ref. 510/2R - 1 moteur pour voie 2 rails

Ref. 510/P1 - 1 moteur pour voie à plots

 

LES MOTRICES

la Z 5100, l'automotrice électrique de banlieue

L'automotrice Z 5100 est une motrice produite à partir de 1958. Egalement appelée "Budd" qui est en fait le nom donné à un procédé américain de soudage de l'acier inox et utilisé par la SNCF lors de la construction d'automotrices ou de wagons de voyageurs.

 

Destinée aux voies 3 rails ou 2 rails, elle peut être alimentée par les rails ou bien par le seul pantographe. Un inverseur d'arrivée de courant permet soit de se servir du frotteur, soit du pantographe dont les skis peuvent être réglés en hauteur facilement.

 

Les moteurs sont à aimant permanent (induit 5 pôles) et sont faits pour fonctionner sur le courant continu de 12/18 voire 20 volts. Il est donc nécessaire de se servir d'un transformateur-redresseur, branché sur le courant alternatif du secteur. Les engrenages sont en nylon pour diminuer la résonance et le bruit.

Simple d'utilisation, le frotteur sur le rail est interchangeable en cas d'usure et une seule vis le maintient au bogie.

Les roues motrices sont munies de bandages en caoutchouc et sont montées sur 2 bogies à 2 essieux.

La carrosserie est réalisée dans un matériau composite à base de plastique rigide emprisonnant de toutes petites bulles de gaz : le polystyrène non-expansé.

Qu'il s'agisse de l'automotrice ou de sa remorque, la carrosserie est identique. On viendra y clipser un lanterneau et un support de pantographe pour en faire une automotrice. 

Il est à noter que le système de fixation de la carrosserie au châssis n'est pas le même selon les séries de production. Certaines ont un filetage en métal (cf photo) et d'autres pas, il convient alors d'agrandir légèrement le trou et de le tarauder.


Pour avoir des rames plus longues mais aussi pour calquer à la réalité, VB a commercialisé des automotrices sans moteur mais avec pantographe. Le châssis utilisé est alors celui de la remorque d'automotrice ou d'un wagon de voyageurs et les roues sont isolées. Mais VB n'a pas commercialisé de voiture intermédiaire et ce n'est que dans les années 60 que Daniel LEJEUNE propose un modèle bricolé en accolant deux moitiés intérieures de carrosseries (voir photos). De même, un prototype de carrosserie symétrique comprenant deux cabines de conduite et deux pantographes a été élaboré (voir photos). A quelle fin, nous ne le savons pas car ce modèle n'existait pas dans la réalité.

Egalement et vers la fin de l'ère LEJEUNE, des rames ont été spécialement réalisées avec une décoration et une peinture plus soignées et plus proches de la réalité (voir photos). Mais aussi un système d'éclairage monté dans l'automotrice et sa remorque. Il s'agissait là de proposer des produits variés pour étoffant l'offre commerciale (voir photos).

Le saviez-vous ? Les Z 5100 sont des automotrices en acier inoxydable construites de 1953 à 1958. Premier matériel moderne d'après-guerre, elles ont assuré des dessertes omnibus jusqu'en 1998, en particulier en banlieue sud de Paris. Les rames étaient composées de 2, 3 ou 4 caisses. En dehors de VB, seul Jouef les a modélisées en HO ; et seulement en 1967.

Voici la liste des modèles référencés :

Ref. 520A - Automotrice de banlieue avec moteur (référence identique pour les voies 2 rails, 3 rails ou à plots)

Ref. 520B - Automotrice de banlieue sans moteur

Ref. 521 - Remorque d'automotrice de banlieue

 

LES MOTRICES

la 060 DB-7,

la motrice diesel

La motrice 060 DB - 7 (aussi appelée "sous-marin") est une motrice produite à partir de 1960.

 

Elle est destinée aux 2 rails ou aux 3 rails selon les modèles.

 

La carrosserie est réalisée dans un matériau composite à base de plastique rigide emprisonnant de toutes petites bulles de gaz : le polystyrène non-expansé. Différentes productions de carrosseries ont existé et elles pouvaient sortir en couleur bleue foncée, bleue azur, rouge, noire, or ou argentée avant d'être peintes.

 

Le moteur est à aimant permanent (induit 5 pôles) et est fait pour fonctionner sur le courant continu de 12/18 voire 20 volts. Il est donc nécessaire de se servir d'un transformateur-redresseur, branché sur le courant alternatif du secteur. Les engrenages sont en nylon pour diminuer la résonance et le bruit.

Contrairement aux autres modèles, la 060 DB n'est pas équipée d'un inverseur d'arrivée de courant puisqu'il n'y a pas de pantographe.

Le poids est de 0.540kg. Sa longueur (226mm hors tampons) implique un diamètre de courbure sur les rails de 800mm au minimum.

 

Simple d'utilisation, le frotteur sur le rail est interchangeable en cas d'usure et une seule vis le maintient au bogie.

Les roues motrices sont munies de bandages en caoutchouc et sont montées sur 2 bogies à 3 essieux.

 

L'entretien a été voulu très simple puisqu'il qu'il n'y a qu'un point de graissage accessible de l'extérieur sans avoir à démonter l'ensemble.

 

A l'origine, la motrice pouvait être vendue montée ou en kit.

 

Enfin et c'est anecdotique, sa référence est indiquée sur le flan de la carrosserie "VB PARIS 530".

 

Le saviez-vous ? La 060 DB est une série de vingt locomotives Diesel-électriques commandées par la SNCF le 1er février 1955. La première a été mise en service au dépôt de La Rochelle-Bongraine le 8 janvier 1957. Elles ont été retirées du service entre 1981 et 1988. D'abord appelée 060 DB, elle fut renommée en CC 65000 en 1962. Elle connut un grand succès dans le monde du modélisme HO puisque JEP, Hornby, Troby et bien d'autres l'ont modélisée.

Voici la liste des modèles référencés :

Ref. 530M - Référence identique pour les voies 2 rails, 3 rails ou à plots

 

LES WAGONS

les wagons à essieux

Les wagons à 2 essieux fixes furent les premiers matériels roulants fabriqués en 1947 par VB.

Fabriqués en petites série ou artisanalement à l'unité, ils étaient faits en presspahn et étaient d'une finition très fine pour l'époque (peintes à la main) mais d'une grande robustesse. Il pouvaient circuler sur n'importe quelle voie dans la limite d'un rayon de 38 cm. Il était conseillé  de mettre une goutte d'huile de machine à coudre à l'extrémité des essieux avant la mise en circulation.

Selon les pièces en stock, un même modèle pouvait avoir différentes caractéristiques ; ainsi, il pouvait avoir des tampons rigides ou à ressorts.

 

A partir de 1956, les productions devenaient industrielles, les wagons en zamac ou en plastique mais le souci du détail était toujours de mise.

 

Compte tenu des procédés de fabrication et des séries réalisées, il est logique de se retrouver avec un grand nombre de modèles différents. Si bien qu'il est compliqué d'en déterminer les références comme vous le constaterez ci-dessous. Pire, d'une année sur l'autre, VB donnait une réfrence différente pour un même modèle ; c'est l'exemple du fourgon de queue limineux qui portait la Ref. 23 dans les publicités de de 1956 et Ref. 623 dans celles de 1957.

 

Voici la liste des modèles référencés :

Ref. 24 - couvert type "wagon à bestiaux", tampons à ressorts, 2 portes glissières, aspect bois et marquages "HOMMES 40" "CHEVAUX 8"

Ref. 25 - couvert type "wagon à bestiaux", tampons à ressorts, 2 portes glissières, guérite, aspect bois et marquages "HOMMES 40" "CHEVAUX 8"

Ref. 29 - tombereau, tampons à ressorts, aspect métal et sans chargement

Ref. 29B - tombereau, tampons à ressorts, aspect métal et chargement de ballast

Ref. 29C - tombereau, tampons à ressorts, aspect métal et chargement de charbon

Ref. 32 - tombereau, tampons à ressorts, aspect bois et sans chargement

Ref. 32B - tombereau, tampons à ressorts, aspect bois et chargement de ballast

Ref. 32C - tombereau, tampons à ressorts, aspect bois et chargement de charbon

Ref. 35E - citerne, tampons à ressorts ou rigides, argent avec marquage "ESSO"

Ref. 35M - citerne, tampons à ressorts ou rigides, avec ou sans guérite, argent avec marquage "MARTINI"

Ref. 35P - citerne, tampons à ressorts ou rigides, argent avec marquage "PETROFRANCE"

Ref. 35? - citerne, tampons à ressorts ou rigides, argent avec marquages "RICARD" "LE VAINQUEUR DE LA SOIF"

Ref. 35? - citerne, tampons à ressorts ou rigides, argent avec marquage "SIMOTRA"

Ref. 35? - citerne, tampons à ressorts ou rigides, argent avec marquage "COMPAGNIE DES WAGONS RESERVOIRS"

Ref. 35? - citerne, tampons à ressorts ou rigides, blanc avec marquages "PRIMAGAZ" "LE BUTANE FRANCAIS"

Ref. 35? - citerne, tampons à ressorts ou rigides, argent avec marquage "MITJAVILLE MONTBELIARD"

Ref. 36 - citerne, tampons à ressorts ou rigides, noir ou jaune avec marquages "E. CAZANAVE" "CARCASSONNE", bi-foudre

Ref. 37 - citerne, tampons à ressorts ou rigides, noir ou jaune avec marquages "E. CAZANAVE" "CARCASSONNE", guérite, bi-foudre

Ref. 39 - plat avec bords marrons ou gris, tampons rigides et 2 bobines de câbles avec ou sans marquage

Ref. 41 - plat avec bords marrons ou gris, tampons à ressorts et sans chargement

Ref. 41B - plat avec bords marrons ou gris, tampons à ressorts et chargement de ballast

Ref. 41C - plat avec bords marrons ou gris, tampons à ressorts et 2 caisses de couleur marron ou grise

Ref. 41CAL - plat avec bords marrons ou gris, tampons à ressorts et 1 conteneur avec marquage "CALBERSON" à côtés triés ou lisses

Ref. 41CL - plat avec bords marrons ou gris, tampons à ressorts et 3 citernes de lait

Ref. 41PEL - plat avec bords marrons ou gris, tampons à ressorts et 1 pelleteuse (différents types de pelleteuses)

Ref. 41T - plat avec bords marrons ou gris, tampons à ressorts et 10 petits tonneaux

Ref. 41? - plat avec bords marrons ou gris, tampons à ressorts et 1 conteneur avec marquage  "BISCUITS LU"

Ref. 41? - plat avec bords marrons ou gris, tampons à ressorts et 1 conteneur avec marquages "Ets GOULET TURPIN" "REIMS - PARIS"

Ref. 41? - plat avec bords marrons ou gris, tampons à ressorts et 2 petits transformateurs

Ref. 42 - plat avec bords marrons ou gris, tampons à ressorts, guérite sans chargement

Ref. 42B - plat avec, bords marrons ou gris, tampons à ressorts, guérite et chargement ballast

Ref. 43 - citerne, tampons à ressorts ou rigides, gris marron, mono-foudre avec marquage " Vins G.R.A.P Paris"

Ref. 44 - trémie pour chargement coke, grillage, tampons à ressorts ou rigides, plusieurs finitions

Ref. 441 - plat noir sans bord, tamons rigides sans chargement

Ref. 441BC - plat noir sans bord, tamons rigides et 2 bobines de câbles

Ref. 441BUL - plat noir sans bord, tamons rigides et bulldozer jaune

Ref. 441C - plat noir sans bord, tamons rigides et conteneur jaune avec marquage "MARTINI"

Ref. 441CAL - plat noir sans bord, tamons rigides et conteneur jaune avec marquage "CALBERSON" à côtés triés ou lisses

Ref. 441CHE - plat noir sans bord, tamons rigides et tracteur à chenilles

Ref. 441CIR - plat noir sans bord, tampons rigides et camion "NOREV"

Ref. 441CM - plat noir sans bord, tamons rigides et conteneur avec marquage "FRAGILE"

Ref. 441CR - plat noir sans bord, tamons rigides et conteneur avec marquages "RICARD" "LE VAINQUEUR DE LA SOIF"

Ref. 441EVS - plat noir sans bord, tamons rigides et conteneur jaune ou gris avec marquage "EVS"

Ref. 441MR - plat noir sans bord, tamons rigides et conteneur avec marquage "MR" pour "Magasins Réunis"

Ref. 441TF - plat noir sans bord, tamons rigides et transformateur

Ref. 441TRAC - plat noir sans bord, tamons rigides et tracteur orange ou bleu

Ref. 441TRE - trémie, tampons à ressorts ou rigides, chassis métal ou plastique, gris marron ou beige avec marquage "ARBEL"

Ref. 441TU - plat noir sans bord, tamons rigides et tuyaux argentés

Ref. 57 - trémie, tampons à ressorts, noir ou gris, marquage "V.B."

Ref. 61 - citerne, tampons à ressorts ou rigides, noir rouge bleu jaune argent avec marquages "E. CAZANAVE" "CARCASSONNE", bi-foudre

Ref. 623 - fourgon de queue limineux en presspah, ou en zamac, tampons à ressorts, 2 portes glissières, aspect bois, éclairage se faisant par un champignon sous le wagon

Ref. 624 - couvert en zamac ou plastique, tampons rigides, noir marron ou crème et type "wagon à bestiaux"

Ref. 628 - plat avec bords marrons ou gris, tampons rigides et sans chargement

Ref. 628AU - plat avec bords marrons ou gris, tampons rigides et différentes voitures "NOREV"

Ref. 628B - plat avec bords marrons ou gris, tampons rigides et chargement de ballast

Ref. 628BC - plat avec bords marrons ou gris, tampons rigides et 2 bobines de câbles

Ref. 628BOIS - plat avec bords marrons ou gris, tampons rigides et chargement de bois (différentes versions)

Ref. 628C - plat avec bords marrons ou gris, tampons rigides et chargement de charbon

Ref. 628CAL - plat avec bords marrons ou gris, tampons rigides et conteneur jaune avec marquage "CALBERSON" à côtés triés ou lisses

Ref. 628CL - plat avec bords marrons ou gris, tampons rigides et 3 citernes de lait

Ref. 628FUTS - plat avec bords marrons ou gris, tampons rigides et 9 fûts d'essence argentés avec marquage "ESSO"

Ref. 628G - plat avec bords marrons ou gris, tampons rigides et conteneur avec marquages "Ets GOULET TURPIN" "REIMS - PARIS"

Ref. 628M - plat avec bords marrons ou gris, tampons rigides et conteneur jaune avec marquage "MARTINI"

Ref. 628PEL - plat avec bords marrons ou gris, tampons rigides et pelleteuse (différents types de pelleteuses)

Ref. 628R - plat avec bords marrons ou gris, tampons rigides et conteneur gris ou jaune avec marquages "RICARD" "LE VAINQUEUR DE LA SOIF"

Ref. 628T - plat avec bords marrons ou gris, tampons rigides et 10 petits tonneaux

Ref. 628TRAN - plat avec bords marrons ou gris, tampons rigides et transformateur

Ref. 628TU - plat avec bords marrons ou gris, tampons rigides et tuyaux argentés

Ref. 628? - plat avec bords marrons ou gris, tampons rigides et 4 tonneaux

Ref. 628? - plat avec bords marrons ou gris, tampons rigides et conteneur jaune avec marquage "ODUL"

Ref. 628? - plat avec bords marrons ou gris, tampons rigides et 2 petits conteneurs

Ref. 629 - tombereau en zamac ou plastique, tampons rigides, aspect métal et sans chargement

Ref. 629B - tombereau en zamac ou plastique, tampons rigides, aspect métal et chargement de ballast

Ref. 629C - tombereau en zamac ou plastique, tampons rigides, aspect métal et chargement de charbon

Ref. 63 - trémie, jaune ou gris, tampons à ressorts, avec marquage "MINOTERIE DE MELUN" ou "CEREALIERS DE PARIS" ou sans

Ref. 63? - citerne, tampons à ressorts ou rigides, aspect métal, jaune rouge gris marron, guérite, mono-foudre "STE des VINS de FRANCE"

Ref. 63? - citerne, tampons à ressorts ou rigides, aspect bois, jaune rouge gris marron, guérite, mono-foudre "STE des VINS de FRANCE"

Ref. 632 - tombereau en zamac ou plastique, tampons rigides, aspect bois et sans chargement

Ref. 632B - tombereau en zamac ou plastique, tampons rigides, aspect bois et chargement de ballast

Ref. 632C - tombereau en zamac ou plastique, tampons rigides, aspect bois et chargement de charbon

Ref. 64? - trémie à déchargement latéral, tampons rigides, argent avec marquage "SIMOTRA"

Ref. 64? - trémie à déchargement latéral, tampons à ressorts, marquage "SIMOTRA"

Ref. 65? - trémie à déchargement latéral, tampons rigides, argent avec marquage "STEMI"

Ref. 65? - trémie à déchargement latéral, tampons à ressorts, marquage "STEMI"

Ref. 66 - trémie à déchargement latéral, tampons à ressorts, marquage "KHALOUTA"

Ref. 66? - trémie à déchargement latéral, tampons rigides, argent avec marquage "SNPA"

Ref. ? - couvert type "wagon à bestiaux", tampons rigides, aspect bois couleur crème et marquage "STEF"

 

LES WAGONS

les wagons à bogies

Fabriqués en petites série ou artisanalement à l'unité, les wagons à 2 bogies étaient faits en presspahn et étaient d'une finition très fine pour l'époque (peintes à la main) mais d'une grande robustesse. Selon les pièces en stock, un même modèle pouvait avoir différentes caractéristiques ; ainsi, il pouvait avoir des tampons rigides ou à ressorts.

 

A partir de 1956, les productions devenaient industrielles, les wagons en zamac ou en plastique mais le souci du détail était toujours de mise.

 

Compte tenu des procédés de fabrication et des séries réalisées, il est logique de se retrouver avec un grand nombre de modèles différents. Si bien qu'il est compliqué d'en déterminer les références comme vous le constaterez ci-dessous. Pire, d'une année sur l'autre, VB donnait une réfrence différente pour un même modèle ; c'est l'exemple du fourgon de queue limineux qui portait la Ref. 23 dans les publicités de de 1956 et Ref. 623 dans celles de 1957.

 

Voici la liste des modèles référencés :

Ref. 447 - plat sans bord, tampons à ressorts, gris ou noir et sans chargement

Ref. 447AU - plat sans bord, tampons à ressorts, gris ou noir et 2 voitures "NOREV"

Ref. 447AVI - plat sans bord, tampons à ressorts, gris ou noir et avion "SOLIDO" à marquage "US ARMY" et "X00622"

Ref. 447BAT - plat sans bord, tampons à ressorts, gris ou noir et bateau noir ou blanc

Ref. 447CAM - plat sans bord, tampons à ressorts, gris ou noir et 2 camions bennes "MATCHBOX"

Ref. 447CALI - plat sans bord, tampons à ressorts, gris ou noir et 2 camionnettes "NOREV" avec divers publicités

Ref. 447MIS - plat sans bord, tampons à ressorts, gris ou noir et missille argenté avec marquage "US ARMY" et "X00622, la décoration du missile peut varier selon les versions

Ref. 447? - plat sans bord, tampons à ressorts, gris ou noir et 2 cadres jaunes "EVS"

Ref. 447? - plat sans bord, tampons à ressorts, gris ou noir et 2 cadres noirs "MR"

Ref. 46? - trémie, tampons à ressorts, renforts verticaux, guérite ou pas, déversoir, vide ou avec chargement de ballast, couleur noire ou marron avec marquage "ARBEL"

Ref. 46? - trémie, tampons à ressorts, renforts verticaux, guérite ou pas, déversoir, vide ou avec chargement de ballast, couleur noire ou marron avec marquage "CHARBON DE FRANCE"

Ref. 46? - trémie, tampons à ressorts, renforts verticaux, guérite ou pas, déversoir, vide ou avec chargement de ballast, couleur noire ou marron avec marquage "COMPAGNIE PONT A MOUSSON"

Ref. 47 - plat avec bords marrons ou gris, tampons à ressorts et sans chargement

Ref. 47B - plat avec bords marrons ou gris, tampons à ressorts et chargement de ballast

Ref. 47CAL - plat avec bords marrons ou gris, tampons à ressorts et 2 conteneurs "CALBERSON"

Ref. 47CL - plat avec bords marrons ou gris, tampons à ressorts et 4 citernes de lait

Ref. 47PM - plat avec bords marrons ou gris, tampons à ressorts et 2 poutrelles métalliques en pressphan

Ref. 47T - plat avec bords marrons ou gris, tampons à ressorts et 5 tonneaux

Ref. 47? - plat avec bords marrons ou gris, tampons à ressorts et 2 projecteurs

Ref. 47? - plat avec bords marrons ou gris, tampons à ressorts, 3 citernes "MAGGI"

Ref. 49. - surbaissé court, presspahn métal ou plastique, tampons à ressorts, transformateur en presspahn ou plastique, cadre de mantien ou non, guérite ou non, rambardes, marquage "TRANSPORTS SPECIAUX INDUSTRIELS"

Ref. 50 - couvert, tampons à ressorts, 4 portes, aspect bois et marquage "PLM" ou "COMPAGNIE DU NORD"

Ref. 51 - couvert, tampons à ressorts, 4 portes, guérite, aspect bois et marquage "PLM" ou "COMPAGNIE DU NORD"

Ref. 53 - tombereau, tampons à ressorts et sans chargement

Ref. 54 - surbaissé long, métal de couleur verte et marquage "TRANSPORTS SPECIAUX INDUSTRIELS", tampons rigides, guérite ou non, et sans chargement

Ref. 54? - tombereau, tampons à ressorts et chargement de charbon

Ref. 540 - surbaissé long, métal de couleur verte, tampons rigides, guérite ou non, et 1 ou 2 poutrelles en métal ou en presspan

Ref. 541 - surbaissé long, métal de couleur verte et marquage "TRANSPORTS SPECIAUX INDUSTRIELS", tampons rigides, guérite ou non, transformateur "ETF"

Ref. 542 - surbaissé long, métal de couleur verte et marquage "TRANSPORTS SPECIAUX INDUSTRIELS", tampons rigides, guérite ou non, 4 fûts "CAZANAVE"

Ref. 543? - surbaissé long, métal de couleur verte et marquage "TRANSPORTS SPECIAUX INDUSTRIELS", tampons rigides, guérite ou non, tuyaux gris et ranchers selon les versions

Ref. 543? - surbaissé long, métal de couleur verte et marquage "TRANSPORTS SPECIAUX INDUSTRIELS", tampons rigides, guérite ou non, bois sur la longueur

Ref. 544 - surbaissé long, métal de couleur verte et marquage "TRANSPORTS SPECIAUX INDUSTRIELS", tampons rigides, guérite ou non, 4 bobines

Ref. 545 - surbaissé long, métal de couleur verte ou grise et marquage "TRANSPORTS SPECIAUX INDUSTRIELS", tampons rigides, guérite ou non, 2 transformateurs

Ref. 55 - tombereau, tampons à ressorts et chargement de ballast

Ref. 56 - trémie, tampons à ressorts, guérite, couleur grise avec marquage "STAPS"

Ref. 58B - plat à ranchers, tampons à ressorts, avec chaines d'arrimage ou non, couleur grise et rondins de bois

Ref. 58TU - plat à ranchers, tampons à ressorts, avec chaines d'arrimage ou non, couleur grise et 3 tuyaux noirs sur la longueur

Ref. 58? - plat à ranchers, tampons à ressorts, avec chaines d'arrimage ou non, couleur grise et rails

Ref. 58? - plat à ranchers, tampons à ressorts, avec chaines d'arrimage ou non, couleur grise et buldozer gris

Ref. 58? - trémie fermée, tampons rigides, couleur argentée avec marquage "PECHINEY"

Ref. 58? - plat à ranchers, tampons à ressorts, avec chaines d'arrimage ou non, couleur griss et sans chargement

Ref. 59? - citerne, tampons à ressorts ou rigides, presspahn ou plastique, couleur argentée

Ref. 59? - citerne, tampons à ressorts ou rigides, presspahn ou plastique, couleur noire et argent "ESSO"

Ref. 59? - citerne, tampons à ressorts ou rigides, presspahn ou plastique, couleur noire et argent "ANTAR"

Ref. 59? - citerne, tampons à ressorts ou rigides, presspahn ou plastique, couleur rouge et argent "CIP PEGASE"

Ref. 59? - citerne, tampons à ressorts ou rigides, presspahn ou plastique, couleur blanche "PRIMAGAZ"

Ref. 59? - citerne, tampons à ressorts ou rigides, presspahn ou plastique, couleur jaune "SHELL"

Ref. 647 - plat avec bords, tampons rigides, gris ou noir et sans chargement

Ref. 647AVI - plat avec bords, tampons rigides, gris ou noir et avion "SOLIDO" à marquage "US ARMY" et "X00622"

Ref. 647MIS - plat avec bords, tampons rigides, gris ou noir et missille argenté avec marquage "US ARMY" et "X00622, la décoration du missile peut varier selon les versions

Ref. 647T - plat avec bords, tampons rigides, gris ou noir et 5 tonneaux

Ref. 647BOIS - plat avec bords, tampons rigides, gris ou noir et chargement de bois

Ref. 650 - couvert, tampons rigides, zamac ou plastique, 4 portes, marron ou noir et marquage "PLM" ou "COMPAGNIE DU NORD"

Ref. 653 - tombereau, tampons rigides, zamac ou plastique, marron ou beige et sans chargement

Ref. 653B - tombereau, tampons rigides, zamac ou plastique, marron ou beige et chargement de ballast

Ref. 653C - tombereau, tampons rigides, zamac ou plastique, marron ou beige et chargement de charbon

Ref. 67 - porte autos, métal ou plastique, rambardes, chaines d'arrimage, couleur noire ou grise "STVA" et 6 voitures "NOREV"

Ref. 68 - porte vitres, tampons à ressorts, plastique ou presspahn, engrenage, couleur grise avec marque "TRANSPORTS SPECIAUX INDUSTRIELS"

Ref. 68? - porte vitres, tampons à ressorts, plastique ou presspahn, engrenage, couleur grise avec marque "SAINT GOBAIN"

Ref. 69 - plat sans bord, tampons à ressorts, gris ou noir et 1 camion à remorque frigorifique "STEF"

Ref. ? - plat avec bords marrons, tampons à ressorts et 2 conteneurs, avec 2 conteners gris et marquages "RICARD" "LE VAINQUEUR DE LA SOIF"

Ref. ? - tombereau, tampons à ressorts et chargement de bois

Ref. ? - trémie, presspahn, tampons à ressorts, de couleur marron "STCM" (existerait une série rouge de 20 exemplaires)

Ref. ? - couvert, tampons rigides, aspect bois couleur crème et marquage "STEF"

 

LES WAGONS

les wagons de voyageurs

Les voitures de voyageurs furent produits à partir de 1958. Sans aménagement intérieur, elles pouvaient être vendues à monter et à peindre soi-même.

 

Le modèle Mistral était livré avec des plaques "Le Mistral" "LYON" "NICE", ces mêmes plaques pouvant également être vendues à l'unité.

 

Toutefois et vu la longueur, il est à noter que ces wagons étaient plus à l'aise sur des courbes à grands rayons.

 

Liste des références VB :

Ref. 260 - voiture de voyageurs de grande ligne, aspect inox "budd", bogies

Ref. 260D - voiture de voyageurs de grande ligne "Mistral", aspect inox "budd", bogies, marquages "le Mistral" "Lyon" ou "Nice", il s'agit simplement du précédent wagon de voyageurs finement décoré

Ref. 262 - voiture lits, aspect inox "budd", bogies, deux côtés différents, marquages "VOITURE LITS" en 4 langues et "COMPAGNIE INTERNATIONALE DES WAGONS-LITS ET DES GRANDS EXPRESS EUROPEENS"

 

LES WAGONS

les wagons utilitaires

Ref. 59 - citerne à boggies, tampons rigides, plastique, couleur argent avec marquage "GROUPE N°1 VB" d'un côté et "TRAINS DESHERBEUR" de l'autre

Ref. 261 - fourgon générateur à 2 essieux

Ref. 624 - couvert, tampons rigides, plastique, couleur argent avec marquage "GROUPE N°1 VB" d'un côté et "TRAINS DESHERBEUR" de l'autre

Ref. 650 - citerne à boggies, tampons rigides, zamac, couleur argent avec marquage "GROUPE N°1 VB" d'un côté et "TRAINS DESHERBEUR" de l'autre

 

LES VOIES

les voies et rails

En 1950, les voies VB sont commercialisés. D'une conception en métal, il s'agit de 3 rails dont le central est en contact avec l'alimentation. Les premiers avaient un ballast avec du véritable sable collé dessus (voir photo), ce qui ne constituait pas un gage de fiabilité dans le temps. Rapidement, le ballast fut tout simplement peint.

 

En 1959, VB sort deux nouveaux types de voies :

- les 2 rails pour aller avec la production de motrices en 2 rails. A noter qu'il existe des modèles avec ballasts en métal ou ballasts en plastique.

- les voies à plots centraux (repris ensuite par Marklin) qui devaient être révolutionnaires puisqu'à simple emboîtement sans éclisse. Ils nécessitaient toutefois des frotteurs plus longs.

Dans les deux cas, ils n'eurent qu'une très courte durée de vie. Mais ces rails restent particulièrement rares sur le marché de la collection.

 

Voici la liste des modèles référencés :

Ref. 70 - Rail droit 1/1, 32 traverses, 224 mm, 66 g

Ref. 71 - Rail droit 1/2, 16 traverses, 112 mm, 35 g

Ref. 72 - Rail droit 1/4, 8 traverses, 56 mm, 18 g

Ref. 73 - Rail droit 1/8, 4 traverses, 28 mm, 8 g

Ref. 74 - Rail droit 1/7, 5 traverses, 34 mm, 11g

Ref. 75 - Rail courbe grand rayon 1/1, 32 traverses, 230 mm, 72 g

Ref. 76 - Rail courbe grand rayon 1/2, 16 traverses, 115 mm, 35 g

Ref. 77 - Rail courbe grand rayon 1/4, 8 traverses, 57 mm, 18 g

Ref. 78 - Rail droit 1/1, 32 traverses, 224 mm, 70 g, alimentation à 3 fiches

Ref. 79 - Rail courbe grand rayon 1/1, 32 traverses, 230 mm, 69 g, alimentation à 3 fiches

Ref. 80 - Aiguillage à droite, 32 traverses, 224 mm, 135 g, alimentation à 3 fiches ou 3 fils

Ref. 81 - Quart tronqué courbe à droite, 8 traverses, 57 mm, 16 g

Ref. 82 - Quart tronqué droit, 8 traverses, 57 mm, 17 g

Ref. 83 - Rail droit 1/2, 16 traverses, 115 mm, 36 g

Ref. 84 - Rail droit 1/2, 16 traverses, 112 mm, 33 g, alimentation à 2 fiches et crocodile de contact

Ref. 85 - Aguillage à gauche, 32 traverses, 224 mm, 142 g, alimentation à 3 fiches ou 3 fils

Ref. 86 - Quart tronqué courbe à gauche, 8 traverses, 57 mm, 16 g

Ref. 87 - Rail courbe petit rayon 1/1, 32 traverses, 210 mm, 59 g

Ref. 88 - Rail courbe petit rayon 1/2, 15 traverses, 105 mm, 28 g

Ref. 89 - Rail de croisement oblique, 24 traverses, 180 mm, 90 g

Ref. 93 - Rail courbe petit rayon 1/1, 30 traverses, 210 mm, 61 g, alimentation à 3 fiches

Ref. 96 - Rail droit 1/2, 16 traverses, 112 mm, 44 g, avec système automatique de décrochage de wagon

Ref. 97 - Rail droit 1/2, 16 traverses, 112 mm, 44 g, avec système automatique d'accrochage de wagon

Ref. 101 - Rail droit 1/2, 8 traverses, 55mm, 28 g, butoir en plastique ou en métal

Ref. 123 - Rail sectionné droit (central et extérieurs), 16 traverses, 112 mm, 39 g, alimentation à 6 fiches

Ref. 124 - Rail sectionné droit (central et extérieurs), 16 traverses, 112 mm, 33 g

Ref. 125 - Rail sectionné droit (extérieur), 16 traverses, 112 mm, 35 g

Ref. 126 - Rail sectionné droit (extérieur), 16 traverses, 112 mm, 35 g, alimentation à 3 fiches

Ref. 127 - Rail sectionné droit (central), 16 traverses, 112 mm, 31 g, coupure rail central

Ref. 128 - Rail sectionné droit (extérieur), 16 traverses, 112 mm, 35 g, alimentation à 2 fiches (rouge et verte)

Ref. 129 - Rail sectionné droit (central), 16 traverses, 112 mm, 31 g, alimentation à 2 fiches

Ref. 130 - Rail sectionné courbe grand rayon (extérieur), 16 traverses, 115 mm, 34 g

Ref. 131 - Rail sectionné courbe grand rayon (extérieur), 16 traverses, 115 mm, 34 g, alimentation

Ref. 132 - Rail sectionné courbe grand rayon (extérieur), 16 traverses, 115 mm, 34 g

Ref. 133 - Rail sectionné courbe grand rayon (extérieur), 16 traverses, 115 mm, 34 g, prise de courant

Ref. 134 - Rail sectionné droit (central), 16 traverses, 112 mm, 37 g, alimentation à 1 fiche

 

LES VOIES

les accessoires de voies

VB était également connu pour commercialiser des cateners et  des commandes de changement de voies.

Les transformateurs redresseurs sont commercialisés en même temps que les premières motrices, donc en 1955. Dès le début, certains modèles adoptent un inverseur de direction. Ils sont destinés à fonctionner sur le courant alternatif 50 hz soit du 110/120 V. En 1958 et suite au passage au 220 V, il est impératif d'y adjoindre (selon les modèles) un transformateur 220 V. Sur la fin, les transformateurs sortiront en 12 V / 220 V

Voici la liste des modèles de transformateurs référencés :
Ref. 200 - Puissance 40 VA, Tension 20 V, avec prise pour accessoires, bouton M/A et inverseur en façade
Ref. 202 - Puissance 70 VA, Tension 20 V, avec prise pour accessoires, bouton M/A, inverseur de courant continu, bouton de survoltage, coupe circuit, lumière d'alimentation et réhostat
Ref. 203 avant 1960 - Puissance 70 VA, Tension 20 V, sans prise pour accessoires, bouton M/A, réhostat
Ref. 203 après 1960 - Puissance 32 VA, Tension 12 V, avec prise pour accessoires, bouton M/A, lumière d'alimentation et réhostat
Ref. 204 - Puissance 32 VA, Tension 12 V en courant continue, sans prise pour accessoires, bouton M/A, réhostat, lumière d'alimentation et inverseur
Ref. 205 - Puissance 80 VA, Tension 20 V en courant alternatif, avec prise pour accessoires 18 V pour l'éclairage et 20 V pour les accessoires, bouton M/A, sans réhostat
Ref. 206 - Puissance 80 VA, Tension 20 V, sans prise pour accessoires, bouton M/A, réhostat, lumière d'alimentation et inverseur
Ref. 207 - Puissance 40 VA, Tension 20 V, avec prise pour accessoires, bouton M/A, inverseur
Ref. 208 - Puissance 40 VA, Tension 20 V, avec prise pour accessoires, bouton M/A, inverseur et réhostat en façade
Ref. 211 - Puissance 6 VA, Tension 12 V, avec prise pour accessoires, bouton M/A et inverseur

 

VB EN DETAIL

3 moteurs différents

La gamme VB se distingue en premier lieu par deux types de moteurs :

- l'un pour entraîner les bogies à deux essieux des motrices BB 9001, BB 9211 et Z 5100

- l'autre pour entraîner les bogies à trois essieux de la motrice 060 DB

Tous deux sont mus par le même rotor à aimant permanent (induit 5 pôles) et sont faits pour fonctionner sur le courant continu de 12/18 voire 20 volts. Cela signifie qu'il est impératif d'utiliser une alimentation adaptée puisque nous sommes aujourd'hui en courant alternatif 220V et non plus en courant continu 110V comme à l'époque. A pleine charge, le moteur peut développer jusqu'à 30 000 tours / minute. Les engrenages sont en nylon et confèrent un faible bruit de fonctionnement, une souplesse au démarrage (ne nécessite que 4 volts de courant) et un confort à basse vitesse.

La particularité, c'est qu'ils pouvaient être vendus installés directement dans les motrices mais aussi à construire soit-même. Il était également possible d'acheter à la pièce comme cet induit (ou rotor) retrouvé neuf (rodage non encore effectué) en décembre 2017 dans un tiroir.

Lors d'une mise en route, il suffit d'imbiber les feutres avec un peu d'huile et de faire rouler la motrice durant un quart d'heure dans un sens et un quart d'heure dans l'autre sans. Le rodage est ainsi fait.

En cas de dysfonctionnement :

- s'il s'agit d'un court-circuit, vérifier que le porte charbon droit est bien isolé, qu'il ne touche pas le collecteur ou le rebord du moteur, ou que la lame de contact ne touche pas la masse.

- si le courant ne passe pas, vérifier que les charbons portent bien sur le collecteur de l'induit et vérifier l'alimentation du réseau.

- si le moteur chauffe, cela peut venir d'une tension trop élevée, d'une surcharge, d'une désaimantation, d'une coupure de l'induit, d'une friction anormale (la rondelle de protection doit tourner avec l'induit), d'un collecteur encrassé (nettoyage avec du trichloréthylène ou un autre solvant).

Il est à noter qu'à une période, un moteur a fait son apparition avec les mêmes caractéristiques techniques mais un carter de moteur différent (voir photos). Celui-ci était utilisé sur des bogies à deux essieux et on peut encore en retrouver aujourd'hui dans une BB 9001, une BB 9211 ou une Z 5100.

 

VB EN DETAIL

la BB 9281 "Capitole"

La motrice BB 9281 a vu le jour non pas sous l'ère VB mais sous l'ère Daniel LEJEUNE, il s'agit d'une BB 9211 modifiée.

 

Tout d'abord, il a été nécessaire de refaire un nouveau moule sur la base du premier. Sur le flan, un monogramme 9281 apparaît à la place du 9211, mais oubli ou pas, un petit 9211 apparaît toujours sur les faces avant et arrière.

Le dessin de la carrosserie a été modifié pour la ligne de toit et les pantographes (origine inconnue) qui sont désormais "unijambistes", une sorte de boitier apparaît sur le toit et une plaque "Capitole" prend place sur l'avant et l'arrière de la motrice (sous le logo de la SNCF).

Bien entendu, la carrosserie adopte la couleur rouge qui caractérise la Capitole avec une décoration adaptée. Mais le saviez-vous, avant d'être rouge, sa livrée était verte (voir photo lors d'essais en 1966).

 

VB EN DETAIL

les véritables couleurs

Les couleurs (ou livrées) respectent un nuancier adopté par la SNCF à l'époque, il s'agit du nuancier NCS 1950 et chaque couleur à son code :

 

BB 9001

- code ? pour le vert bleuté clair de la partie haute de la carrosserie

- code ? vert bleuté foncé de la partie basse de la carrosserie

 

BB 9211

- code 312 pour le vert foncé des grilles et persiennes

- code 313 pour le vert bleuté clair de la carrosserie

 

BB 9281

- code 602 pour le rouge de la carrosserie

- code 807 pour le gris ardroise

- code 836 pour le gris clair dauphin de la ceinture de carrosserie

- code 838 pour le gris des pantographes et persiennes

 

Z5100

- code 803 pour le gris argenté métallisé de la carrosserie

 

060 DB

- code 203 pour le bleu roi diesel de la carrosserie

- code 407 pour le crème autorail

- code ? pour le rouge

 

VB EN DETAIL

la peste du zamac

La "peste du zamac" est une corrosion destructrice, intercristalline des alliages contenant des impuretés. 


Ce sont les objets moulés sous pression, qui sont principalement touchés et essentiellement ceux fabriqués au début des années 1950. Les alliages purs n'étaient pas toujours disponibles après la guerre. Ces impuretés sont à la source du problème, aggravé par les conditions de stockage telles que l'humidité (plus de 65 %) qui accélèrent le processus de dégradation, ainsi que de grands écarts de température.

Par chance, VB a adopté un alliage qui n'est pas sensible à ce phénomène destructeur, donc aucun souci à se faire.

Toutefois, il convient de prendre soin du matériel car un mauvais stockage, une longue exposition à l'humidité, ou/et des écarts trop importants de températures ont des effets sur la peinture (voir photo) ou la carrosserie. Le métal restant sensible à l'oxydation voire la rouille qui sont des phénomènes externes.  

Les produits fabriqués après les années 1960 sont considérés comme hors de danger, essentiellement en raison de la pureté de l'alliage utilisé et d'un meilleur contrôle du processus de fabrication.

 

VB EN DETAIL

les flasques de bogies

La BB 9001 et la BB 9211 partagent le même bogie (moteur ou porteur), mais elles se distinguent par les flasques (éléments de décoration). Pour les reconnaître, il suffit de regarder les lames de ressorts. Si elles pointent vers le bas, il s'agit de flasques de BB 9001, si elles pointent vers le haut, il s'agit de flasques de BB 9211.

Concernant la Z 5100 et 060 DB, la question ne se pose pas car tout est incorporé.

 

VB EN DETAIL

les motrices à 2 moteurs

VB a la particularité d'avoir produit et commercialisé des motrices à 2 moteurs : la BB 9001, la BB 9211 et la 060 DB. 

Autant dire qu'il s'agit de motrices que l'on trouve rarement sur le marché de la collection et particulièrement pour la 060 DB.

Sans même les démonter, elle sont reconnaissables à 3 détails : le poids est équilibré entre l'avant et l'arrière, les carters moteurs sont visibles à travers les fenêtres, les bogies sont uniquement moteurs et le chiffre 2 est poinçonné sur le lest la plupart du temps (pas systématique visiblement).

Elles peuvent alors développer jusqu'à 1.2 Ampères et atteindre le poids de 0.750 kg.

On peut alors se demander pourquoi mettre 2 moteurs alors que les motrices fonctionnent déjà très bien avec 1 seul ? La réponse est simple : tracter plus de wagons.

Ainsi et selon VB, une motrice à 2 moteurs peut tracter jusqu'à 45 wagons alors qu'une motrice à 1 moteur ne peut en tracter que 25 (ce qui est déjà beaucoup).

Il est à préciser que l'automotrice Z 5100 ne peut recevoir un second moteur, son châssis ne le permet pas.

 

VB EN DETAIL

des induits différents

Voulu ou non de la part de VB, les induits (ou rotors) se trouvent être montés différemment selon les moteurs puisque le fil de cuivre est embobiné dans un sens ou dans un autre.

 

Cela ne se voit pas à l'oeil nu et cela n'a aucune incidence sur le fonctionnement d'une motrice à un moteur, mais sur une motrice à deux moteurs, cela revêt une grande importance.

Une motrice dont les moteurs sont orientés dans le même sens sur le châssis (voir photo) signifie que les induits sont embobinés dans la même manière.

Une motrice dont les moteurs sont inversés à 180° sur le châssis (voir photo) signifie qu'un induit est embobiné dans un sens et que l'autre est embobiné dans l'autre sens. Cela signifie aussi que les bogies moteurs sont inversés.

Ce qui est troublant, c'est que les deux montages ont été retrouvés dans des motrices équipées d'origine. Pourquoi ? Nul ne le sait au jour d'aujourd'hui.

 

VB EN DETAIL

des pantographes différents

Dans un souci précision, VB a voulu reproduire fidèlement les pantographes et on distingue différents modèles :

- Modèle SNCF G classique dit en "losange" pour les motrices BB 9211 et Z 5100. Dans la réalité, le G est apparu en 1946 sur une CC 6001 et a été repris sur d'autres modèles. Equipé d'un archet biplalette de 1960mm, il permet de circuler sous caténaire 1,5 Kv. 

- Modèle SNCF G1 classique dit en "losange" pour la motrice BB 9001 qui est une variante du modèle G

- La motrice 060 DB - 7 ne possédant bien sûr pas de pantographe puisqu'il s'agit d'une diesel et non d'une électrique.


Le cas est plus particulier pour la motrice BB 9281 "Capitole" réalisée sous l'ère LEJEUNE. Dans la réalité, il s'agit d'un pantographe modèle SNCF AM18C unijambiste possédant 3 pieds, un archet bipalette de 1950 mm et pouvant circuler sous caténaire 25 Kv (donc plus rapide). Sur notre motrice, le pantographe possède 4 pieds, s'agit il d'une erreur de conception ou tout simplement d'un modèle de pantographe inexistant à l'époque en HO ?

D'évidence, ce n'est pas VB qui fabriqua les pantographes et l'équipe a du se fournir chez un spécialiste. Les pistes s'orientent vers Sommerfeldt, un fabricant allemand qui fabrique des pantographes depuis les années 50. D'ailleurs, il propose toujours un modèle très similaire aux modèles SNCF G et G1 sous la référence 935 quoi que un peu plus petit.

 

VB EN DETAIL

des châssis différents

Les Z 5100 et 060 DB possèdent leur propre châssis.

Mais il est à noter une subtilité sur les  BB 9001 et BB 92xx qui possèdent un châssis très légèrement différent ... de 10 mm. En effet, autant la conception est identique autant le châssis de la BB 9001 mesure 96mm alors que celui de la BB 92xx mesure 106mm.

 

Rien empêche de les intervertir et le déséquilibre carrosserie / châssis ne se voit pas.

Mais pour les puristes, il conviendra de mettre le bon châssis sur la bonne carrosserie.